16/06/2017

Chez Gigi - T1 - Le petit restaurant du coin - Rosette Laberge

Dans ce Québec des années cinquante, c’est au petit restaurant du coin Chez Gigi que plusieurs vont boire un milkshake lorsqu’ils ont envie de se payer un petit plaisir. Si madame Gigi est la mère de Rita, elle est aussi un peu celle des nombreux jeunes qui traînent à son restaurant, dont Béa et Laurence, les meilleures amies du monde. Différentes à bien des égards, les deux jeunes femmes vivent la même passion du rock’n roll, qu’elles dansent avec brio dans les concours.Leurs familles les acceptent comme elles sont, c’est-à-dire modernes et indépendantes… ce qui est toutefois loin d’être le cas du curé de la paroisse !

Éditeur: Druide 
Genre: Récit 
Publication: Mai 2017








Le roman début sur une charmante scène d'échanges familiaux: un souper pendant lequel des anecdotes sont racontées. Cela nous place au cœur de la famille et c'est super chaleureux comme ambiance. De plus, l'auteure nous propulse dans une époque où le rock n'roll en est à ses débuts, vu comme une activité propice à l'enfer pour certains, dont le curé. Pour Laurence et Béa c'est leur passion, ce qu'elles préfèrent faire, sans oublier leur milkshake habituel chez Gigi. Une simple offre de cours à la fille de cette dernière les amènera plus loin qu'elles auraient pu imaginer. 

Ce qui est le plus beau dans ce récit ce sont les liens familiaux, autant chez Béa que chez Laurence, ainsi que la façon dont chaque famille traite les membres de l'autre. Pour ce qui est des autres personnages, il y a Juliette, une des sœurs de Laurence. Celle-ci revient souvent aux principes religieux et, à l'opposé de sa famille, elle a le rock n'roll en aversion. Avec les réactions qu'elles entraînent, ses petites crises amènent un peu d'humour. Madame Gigi, de son côté, a une tête dure. Malgré le fait que son restaurant peut être en danger puisque ses croyances diffèrent de beaucoup de gens, elle conserve ses convictions. C'est une femme forte, elle tient ses idées jusqu'au bout et elle se dévoue pour les jeunes de son quartier. Elle est admirable et c'est d'ailleurs mon personnage préféré. Madame Desbiens, la grand-mère de Laurence, a le tour pour rendre la vie de ses proches difficile. Elle a un caractère sans pareil. Par contre, elle m'a bien émue avec l'énorme cheminement qu'elle fait sur sa personne. Quoique peut-être un peu trop rapide à mon avis, mais on comprend néanmoins ses raisons, ainsi que ses intentions. Et pour ce qui est de nos deux personnages principaux, elles nous font rêver avec leur grand projet. Laurence et Béa sont des filles justes, honnêtes et fondamentalement bonnes. Elles ne se font pas prier pour s'entraider et épauler les autres. Ce qui est le plus à leur honneur est le fait qu'elles savent reconnaître le talent d'autrui, sans jalousie.

Je peux assurément vous dire que l'auteure nous fait aimer ses personnages: on s'attache à eux avec une grande facilité. Chaque habitant a une histoire à nous raconter qui est agréable à découvrir. Certaines rencontres nous touchent, comme celle de madame Paquet. On a l'impression de faire un peu partie de leur vie, de les connaître. J'aime ce genre de livre où une familiarité règne, où l'on partage la vie des gens d'un patelin et qu'on apprend à les connaître tout un chacun. La fin est crève-cœur. J'attends le deuxième tome avec avidité. Un petit roman bonbon comme ça, ça fait du bien de temps en temps et je me rends compte que je n'en lis pas assez souvent. Je vais terminer avec une note sur la page couverture: elle est assurément une des plus belles de ma bibliothèque.

♪Playlist
Long tall sally - Little Richard
Dixieland Rock - Elvis Presley

Chronique du tome 2: X



pour ce beau voyage         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire